L'arbre de consanguinité
  
Le Moyen Âge voit se réaliser un important renouveau de la généalogie. La société se structure autour de la famille. La conscience d'appartenir à un lignage, d'avoir une parenté s'affirme avec l'apparition puis la transmission du nom patronymique, dans l'aristocratie, puis dans la population entière.
Apparaît, par ailleurs la présentation de la généalogie d'une famille sur les branches d'un arbre. Elle fait son apparition dès le XIIe siècle avec une figure célèbre, l'arbre de Jessé, nom donné traditionnellement à l'arbre généalogique du Christ depuis Jessé, père du roi David.
Avant de se fixer à partir du XVIe siècle dans la figure que nous connaissons aujourd'hui de l'arbre généalogique, la métaphore de l'arbre se nourrit à de multiples sources : religieuse, arbre du bien et du mal; philosophique, arbre de la connaissance, juridiques, arbres représentant les règles de mariage ou de succession.
La métaphore végétale triomphera et remplacera progressivement les autres modes de représentation de la parenté tels que le corps humain et ses membres, la maison ou la chaîne.