[Page Accueil BnF]

L'aventure des écritures
La calligraphie

[Les dossiers pédagogiques]

1. Qu'est ce que la calligraphie ?
2. L'art d'écrire en occident
3. Un délire graphique : le monocondyle
4. La calligraphie persane

[Sommaire du dossier Ecriture]

2. L'art d'écrire en occident, XVI-XVIIIe

L’écriture manuscrite subit au XVIe s. une redéfinition de ses fonctions par suite de l’essor de la typographie et connaît alors, de manière paradoxale, une floraison de modèles : modèles masculin ou féminin, modèles nationaux (italien au XVIe s., français au XVIIe, anglais au XVIIIe) empreints d’une fonctionnalité prononcée (écriture de chancellerie, de commerce, de comptes, de finances) et progressivement dominés par un esprit mathématique.

Giovambattista Palatino,
un pionnier italien, Roma, 1553.
Paris,.BnF, Rés. livres rares.

L’imprimerie, en isolant la lettre sous la forme du caractère mobile, a contribué largement à sa dissection : l’art d’écrire devient un art de la règle, du compas et de l’équerre.

Pourtant, malgré un carcan de règles et de principes, trouvailles et inventions fantaisistes, ludiques, fougueuses ne tardent pas à se faire jour, campant d’abord dans les marges avant de se fondre au texte en une osmose régulée. Elles trouvent leur parfaite expression dans l’allégresse et l’exubérance du trait de plume baroque qui envahit les marges des pièces d’écriture au XVIIe siècle.

Ces « licences » de plume vont toutefois, dès le milieu du XVIIe siècle, se trouver cantonnées dans les abréviations, les majuscules ou les fins de ligne, témoignant d'une dialectique permanente, au sein de l’écriture, entre ordre et liberté.

Pourtant, il est peut-être un territoire de plume qui échappe à ce savant équilibre, c’est l’espace de la signature. Ainsi dans les « monocondyles » la sobre graphie des lettres grecques s’altère en une forêt lyrique d’entrelacs chavirés, où la main du scribe, au moment d’inscrire son propre nom, semble prise de vertige. Dans toutes les écritures, la transcription des noms propres conduit à une phonétisation de l’idéogramme. L’écriture devient rébus, le son chasse l’image. (Tout le monde ne s’appelle pas « Monsieur Bœuf » !). Mais quand il s’agit pour celui qui écrit de tracer son propre nom, l’écriture semble alors à nouveau chavirer vers le signe pur. Dans la signature se lit le vertige d’un nom en train de devenir image, impossible visage.


l'émergence de l'art d'écrire français,
Guillaume Le Gangneur,
1599.
Paris, BnF.


l'épanouissement de l'art d'écrire français,
Louis Senault, 1668
Paris, BnF, Rés. livres rares

1. Qu'est ce que la calligraphie
2. L'art d'écrire en occident
3. Un délire graphique : le monocondyle
4. La calligraphie persane


[Accueil] / [Dossiers pédagogiques] / [Sommaire Écriture]