[Page Accueil BnF]

L'aventure des écritures
Le code

[Les dossiers pédagogiques]

1. D'où vient le code ?
2. Qui a le code ?
3. Ecritures codées, jeux de caractères
.

[Sommaire du dossier Ecriture]

  2. Qui a le code ?

La compréhension d'une écriture n'est jamais immédiate mais toujours différée. La connaissance du " code " est une nécessité pour passer du visible au lisible. Sans cette clé, l'écriture demeure inaccessible, pur algorithme graphique, indéchiffrable message.

Toute écriture est un secret, elle ne livre son sens qu'à celui qui en entreprend l'apprentissage. Ce n'est pas un hasard si, dans la tradition runique, l'étymologie du mot " écrire " renvoie à la notion de mystère : runa en vieux saxon signifie " chuchotement ". Écrire serait donc murmurer.

Au cours de son histoire, l'écriture a longtemps été l'apanage d'une infime minorité de lettrés, sa connaissance un privilège insigne qui conférait au scribe une puissance singulière. En Égypte, le scribe jouissait d'un statut envié qu'il revendiquait avec fierté : " Sois scribe pour que tes membres soient lisses et que tes mains deviennent douces, pour que, vêtu de blanc, tu puisses sortir magnifié et que les courtisans te saluent… ". Dans l'Occident médiéval, le scribe se représente à la fois souffrant et glorieux, douloureux mais participant aux activités du monde surnaturel. Un scribe franciscain du XIVe s. ne s'est-il pas dessiné cloué aux instruments de son travail qu'il a disposés en forme de croix, stigmatisé à la manière de saint François ? De cette sainteté du scribe, les innombrables peintures d'évangélistes écrivant, qui ornent les bibles médiévales, sont bien le parfait symbole.

Mais aujourd'hui, de plus en plus d'adultes, de plus en plus d'enfants sont initiés aux secrets de l'écriture.

Qui est analphabète?

La Journée Internationale de l'Alphabétisation - 8 septembre 1996
"Pour les Nations Unies, l'analphabétisme est une préoccupation majeure car pour près d'un milliard d'hommes et de femmes dans le monde, le droit à l'éducation proclamé dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme n'est pas encore une réalité. L'analphabétisme ne fait pas seulement obstacle à une participation effective à la vie de la société: dans une grande partie du monde en développement où il touche la masse de la société, il compromet le progrès même de celle-ci, avec toutes les souffrances, privations et occasions manquées que cela implique."

[...] En 1995, 885 millions de personnes, plus qu'un adulte sur cinq, sont encore analphabètes; plus de trois analphabètes sur cinq sont des femmes; 129 millions d'enfants en âge scolaire ne sont pas scolarisés et beaucoup de ceux qui le sont, surtout dans les pays moins avancés, le sont dans des conditions très précaires. Cependant, et malgré ces chiffres ahurissants, les taux d'alphabétisation dans le monde augmentent constamment. En 1980, ce taux était de 69,5% (62% pour les femmes), tandis que l'on espère qu'en l'an 2000 il atteigne le 79,4% (74% pour les femmes). Bien sûr, ces statistiques, comme toutes les statistiques globales, cachent la vrai enature du processus d'alphabétisation. Un examen plus attentif des chiffres laisse voir qu'en 1980 les pays les plus développés comptaient plus que le 40% de la population alphabétisée du monde entier mais que, si les expectatives se confirment, il n'en compteront que moins de 30% en l'an 2000. Les pays en développement de l'Asie de l'Est et de l'Océanie devraient compter en l'an 2000, à eux seuls, plus de 200 millions d'alphabètes de plus que l'ensemble des pays développés. Il est évident qu'il existe un lien étroit entre l'éducation et le progrès économique.[...]

Elisenda Franquesa
(extrait du numéro 33/1996 du périodique ENSEMBLE, le périodique de l'ASTI, Luxembourg)

1. D'où vient le code ?
2. Qui a le code ?
3. Ecritures codées, jeux de caractères
.


[Accueil] / [Dossiers pédagogiques] / [Sommaire Écriture]