[Page Accueil BnF]

Ecriture égyptienne
En savoir plus

En bref
En savoir plus
Carte d'identité
Mythe de naissance
Déchiffrement
Chronologie
Géographie
En images

[Les dossiers pédagogiques]

1. L’écriture égyptienne
2. L'écriture au quotidien
3. La calligraphie
4. L'apprentissage
5. Le hiéroglyphe : un signe figuratif

[Sommaire du dossier Ecriture]

3. La calligraphie : les hiéroglyphes, un art sacré

L’écriture égyptienne est intimement liée à l’art et l’art à la pensée religieuse.

Dénommée par les Égyptiens medou neter, « paroles divines », elle sera désignée par les Grecs « hiéroglyphes », c’est-à-dire : gravures (gluphein) sacrées (hieros).

La disposition des signes répond d’abord à un souci esthétique avant de viser à faciliter la lecture. Les hiéroglyphes de formes et de tailles différentes, sont groupés de façon à éviter tout vide disgracieux, en une suite de carrés fictifs, même si pour cela il faut les déplacer. Ainsi, l’écriture va-t-elle de droite à gauche, mais également parfois de gauche à droite : elle est horizontale, mais aussi disposée en colonnes délimitées par des traits verticaux, le long d’une porte par exemple, d’une peinture ou d’une statue. Le sens de lecture est indiqué par la direction du regard des personnages et des animaux : on doit lire en allant à leur rencontre.


légende d'une scène de chasse dans la tombe d'Amenemhat à Thèbes
Règne de Toutmosis

Cette liberté, que se donnent le sculpteur, le graveur ou le peintre, et la beauté des signes en font — dans sa version monumentale — une écriture ornementale qui s’allie parfaitement avec les représentations figuratives (dieux, souverains, animaux ou personnages de la vie quotidienne). Parfois cette adéquation évoque la bande dessinée: sur les reliefs et les peintures funéraires on peut voir des personnages se faisant face, accompagnés de hiéroglyphes transcrivant leurs paroles. On trouve ainsi des représentations de banquets où sont tracées les conversations des convives et des scènes de la vie quotidienne, comme par exemple une dispute de bateliers. Sur les temples sont transcrits les dialogues des dieux et des rois. Mais, contrairement à nos bandes dessinées, le texte n’est pas là pour éclairer le dessin : le but de l’écriture est de faire revivre l’image qui elle-même est là pour éclairer le texte.

En savoir plus sur :
1. L’écriture égyptienne
2. L'écriture au quotidien
3. La calligraphie
4. L'apprentissage
5. Le hiéroglyphe : un signe figuratif


[Accueil] / [Dossiers pédagogiques] / [Sommaire Écriture]