patience...
 

  Miracles de Marie
éthiopie, fin XVIIe – début XVIIIe siècle
Parchemin
30 x 27 cm
BnF, Manuscrits orientaux, éthiopien Abbadie 114
 
L’usage du manuscrit est attesté en éthiopie depuis le xii siècle, date des témoins connus les plus anciens. En dehors des chroniques royales, le corpus de textes est essentiellement de nature religieuse. Le parchemin est le support privilégié de l’écrit : veau et cheval pour les grands formats, chèvre pour un vellum très blanc et fin, mouton pour les petits ouvrages de moindre qualité ; sa préparation n’est pas confiée aux artisans mais doit être effectuée par le scribe, qui y copiera ensuite le texte., Les papiers orientaux ne semblent pas avoir été utilisés en éthiopie même, et les quelques manuscrits éthiopiens sur papier que l’on connaisse ont été produits à Jérusalem, à Rome ou en égypte. Pourtant les musulmans éthiopiens, ainsi que les commerÇants juifs des côtes de la mer Rouge, utilisaient le papier ; aussi peut-on penser que les chrétiens d’éthiopie ont fait le choix délibéré de ne pas s’en servir à cause de sa fragilité ou par souci d’indépendance commerciale (production locale des matériaux à moindre coût), ou encore, et c’est le plus probable, pour éviter d’utiliser un support fabriqué à l’étranger dans des conditions de pureté mal définies. Par ailleurs, les inscriptions gravées sont extrêmement rares. Apparus en France au xiie siècle puis se diffusant dans toute la chrétienté occidentale et orientale le long des routes de pèlerinage, les Miracles de Marie sont un bel exemple d’assimilation par l’église éthiopienne d’un texte étranger. Le cycle iconographique illustre le texte à la manière d’une bande dessinée. Illustré dans le premier style gondarien, ce manuscrit est un objet de luxe, très certainement commandité par une personne proche du pouvoir royal (le nom du premier commanditaire a été gratté ; portrait d’une reine au folio 87 vo) ; il devait être destiné à un usage privé plus que liturgique. Aux folios 7 vo-8, l’évêque Daqsyos (Ildefonse de Tolède) offre à la Vierge le livre des Miracles de Marie, qu’il vient de composer. En échange, il reÇoit le siège et la chasuble d’évêque. Les folios 46 vo-47 montrent les frères scribes emportés par les démons parce qu’ils avaient conÇu des pensées impures en écrivant.