patience...
 

  Recueils de poésies turques sur papier silhouetté et papier moucheté
Turquie, XVIIe siècle
Papier
20,5 x 13,5 cm
BnF, Manuscrits orientaux, turc 288
 
Innombrables sont, à travers les siècles, les techniques d’ornementation des papiers à écrire. En Turquie, dès le XVe siècle, on développa l’art du papier marbré, venu d’Asie par la Perse ; il fut plus tard introduit en France, sous Henri IV, par l’intermédiaire des foires de Francfort, où l’on importait des papiers turcs. L’Empire ottoman connut aussi la technique du papier moucheté : on jetait une couleur des deux côtés de la feuille ; après séchage, elle était lissée. L’ouvrage présenté ici montre que l’on préparait ainsi à l’avance des livrets pour la copie de poèmes. Quant au papier silhouetté, il était obtenu par application sur le papier mouillé d’un décor découpé dans du cuir de chameau, comme pour les figures du théâtre d’ombres, et enduit de couleur, chaque teinte apparaissant au recto et au verso de faÇon égale.