patience...
 

  Laissez-passer de caravane
Chine, Kucha, vers 640
Manuscrit, encre sur bois de peuplier
3,5 cm x 16,2 cm
BnF, Manuscrits orientaux, Pelliot koutchéen bois, série B, 1
 
Rédigé dans la langue du royaume de Kucha, ce document officiel est écrit à l’encre, à l’aide d’un stylet de bois dur (du tamaris ?), sur une planchette de peuplier, arbre commun dans l’oasis. Comme la langue, l’écriture, la brahmi, est originaire de l’Inde. Un laissez-passer complet était constitué de deux planchettes de bois, identiques, maintenues solidaires par des ficelles scellées. La face externe de la planchette supérieure indiquait le nom du chef du poste de douane destinataire du document. Les faces internes portaient le texte du laissez-passer. Celui-ci s’adresse à Sknatatte, chef du poste de douane « La marche salée », où sera contrôlée la caravane ; le rédacteur, Ywartas, précise le nom du chef de caravane et dresse la liste exhaustive des hommes qui la composent. La seconde planchette, absente, devait poursuivre l’énumération des animaux et des marchandises et donner la date de rédaction suivie de la signature d’Ywarta