patience...
 

  Comptes sur tablettes de cire
Allemagne, début du XVIIesiècle
Tablettes de bois maintenues au dos par du parchemin, étui de cuir
16, 5 x 10, 5 cm
BnF, Manuscrits occidentaux, allemand 55
 
Les tablettes de cire ont été couramment utilisées pour écrire, de la plus haute Antiquité à la fin du Moyen âge et même au-delà. Constituées de planchettes de bois ou d’ivoire évidées sur lesquelles était coulée une mince couche de cire de couleur noire, brune, verte ou rouge, elles servaient à noter divers textes d’usage éphémère : comptes, brouillons, exercices d’école… à l’aide d’un stylet, en métal ou en os, dont un bout était pointu, l’autre, arrondi, servant à lisser la cire. Les tablettes pouvaient être attachées ensemble pour former des registres et, dans ce cas, elles étaient évidées et enduites de cire sur chaque face. à partir du xvi siècle, l’usage des tablettes à écrire décline à mesure que la fabrication du papier se répand en Europe. Malgré leur usage courant dans le passé, rares sont les exemplaires encore conservés de nos jours. Le polyptyque de douze tablettes présenté ici a gardé son étui en cuir estampé dont les passants permettaient d’introduire une courroie pour le porter en bandoulière ou suspendu à la ceinture ; il contient des comptes en allemand qui se rapportent aux pays de Brunswick et de Grubenhagen.