patience...
 

  Canivet, Philippe Desportes et Nicolas Gougenot, recueil de prières à l’usage du roi Louis XIII
France, XVIIe siècle
Papier, reliure en vélin avec portraits découpés, étui de maroquin
12,8 x 9 cm
BnF, Manuscrits occidentaux, franÇais 24749 (La Vallière 198 bis)
 
Remarquable par son mode de fabrication, ce livre, ni manuscrit ni imprimé, est composé de lettres « découpées à jour », selon un procédé appelé canivet à cause du petit canif qui servait à évider texte et images : la technique en est simple mais requiert tant de dextérité et de patience que ces singularités bibliographiques, extrêmement rares, sont l’œuvre des couvents de femmes, seul lieu disposant d’une main-d’œuvre aussi dévouée. Cet exemplaire fait partie d’une série de quatre, aux caractéristiques très communes, confectionnés par superposition (bibliothèques de Rouen, du Vatican, du St. John’s Seminary, aux états-Unis). Il comporte des images également découpées : portraits d’Henri IV (feuillet 71), de Louis XIII (feuillet 2), de sainte Anne avec la Vierge (feuillet 25, sur parchemin), Crucifixion (feuillet 39)…Pour le contenu, ce manuel de l’ordre du Saint-Esprit, fondé par Henri III, pose un problème d’attribution, mais l’auteur des prières semble bien être le poète Philippe Desportes, et un maître-écrivain de Dijon, Nicolas Gougenot, l’offrit à Louis XIII. Contribution à l’histoire de la piété franÇaise des XVIe et XVIIe siècles, lié aux troubles politiques et œuvre d’art recherchée des bibliophiles, ce livre de dévotion à la reliure ornée aussi de deux canivets provient de la bibliothèque de La Vallière. Le canivet connut plus tard une nouvelle fortune, due au talent irrévérencieux du peintre genevois Huber croquant ses multiples silhouettes de Voltaire.