patience...
 

  Fragment de lettre en écorce de bouleau
Novgorod, Russie du Nord-Ouest, vers 1370-1385
écorce de bouleau (béresta)
2,2 x 26,5 cm
BnF, Manuscrits occidentaux, slave 141 (offert en 1966 par A. Kossyguine, président du conseil des ministres d’URSS, au recteur de l’université de Paris ; entré dans les collections de la Bibliothèque nationale de France en 1995)
 
Comme les centaines de documents sur écorce de bouleau découverts à Novgorod lors des fouilles archéologiques des années 1950-1960, ce fragment de lettre a été gravé au stylet sur une écorce nue assez grossièrement préparée. Le texte de vieux russe, écrit en caractères cyrilliques, traite de questions domestiques (une série d’ordres donnés à propos de grain, de chevaux et de récolte) ; il ne constitue d’ailleurs que la deuxième partie d’une lettre dont la première moitié est conservée à Stockholm. L’usage très répandu de l’écorce de bouleau dans le pays de Novgorod et le grand nombre des documents liés au monde rural s’expliquent sans doute par l’organisation socio-économique de la région, les grands propriétaires fonciers, installés en ville, ayant choisi d’utiliser ce support bon marché pour communiquer avec leurs intendants et paysans dispersés dans d’immenses domaines.