L'argile


Lieu

Mésopotamie
(vallées du Tigre et de l’Euphrate)

Entre le Tigre et l’Euphrate, la civilisation mésopotamienne s’est construite sur l’argile, élément primordial consacré par l’un des nombreux mythes sumériens : le dieu Enki, lui-même engendré par le limon, créa l’homme à partir d’une motte de terre.


Dates d'utilisation

IVe milllénaire-Ier siècle après J.-C.
(à partir du VIIe siècle av. J.-C. le payrus concurrence l'argile)


Formes

Tablette


Préparation

L’argile fraîche est conservée humide dans des jarres. Le scribe façonne les tablettes sur lesquelles il écrit, puis les laisse sécher au soleil ou, parfois, les fait cuire au four.

Outils

Calames
Roseaux taillés en pointe pour dessiner les premiers signes et à bout rond pour imprimer les premiers chiffres, puis taillés en biseau pour imprimer les "coins" de l'écriture cunéiforme.


Matière / graphie

Matière, forme, outil et tracé sont ici indissociablement liés. C’est en s’adaptant à la plasticité de l’argile que, durant trois mille ans, les scribes font évoluer l’écriture cunéiforme, des premiers signes pictographiques dessinés à l’aide d’un roseau taillé en pointe, aux caractères de plus en plus abstraits imprimés en trois dimensions par un calame à bout triangulaire.

(voir aussi l'écriture cunéiforme dans l'aventure des écritures : naissances)


Matière / forme

La tablette est tenue dans le creux de la main et l’argile se modèle à la paume, ce qui la rend plate du côté face et bombée au revers. À cette étape de l’histoire des supports, le support prend la forme de la main, il est un prolongement du corps.

On retrouve cette forme caractéristique dans la majorité des documents, y compris les grands textes littéraires inscrits sur des tablettes dont les dimensions dépassent celles de la main (les plus grandes ont un peu plus de quarante centimètres de côté).

La pierre elle-même, lorsqu’elle n’est pas monumentale, emprunte cette forme pour recevoir des textes, officiels ou votifs, gravés.


Avantages

Matériau abondant, bon marché, nécessitant peu de préparation.
L’argile autorise les erreurs : elle peut être remodelée et réécrite immédiatement.
Les tablettes sont inscriptibles des deux côtés.
Elles sont transportables.

Inconvénients

Les tablettes d’argile sont lourdes et se cassent facilement.
La dépendance de l'écriture à son support les fragilise tous les deux : la disparition de l'un entraîne celle de l'autre. L'alphabet linéaire sur papyrus va chasser le cunéiforme et ses tablettes.