La civilisation, ou du moins l’histoire de l’humanité, repose sur le papyrus.
Pline l’Ancien, vers 70 apr. J.-C.


 
 

Papyrus
symbole de l’égypte antique


  Papyrus mythologique
1185-950 avt J.-C.
   
 


Le papyrus poussait en abondance dans les marais du delta du Nil et était employé dans tous les usages de la vie quotidienne. Lié à l’écriture égyptienne, il fut aussi le support des textes araméens, grecs, latins, arabes. Les plus anciens manuscrits retrouvés datent du IIIe millénaire et les plus récents (un texte arabe et une bulle pontificale) du XIe siècle après J.-C.
 
 


Contrat
Thèbes,
334 av. J.-C.


Roman grec
Egypte,
Ier siècle

Charte
Ravenne,
VIe siècle
 
  Après l’invention de l’alphabet, son exportation s’accroît au Proche-Orient, puis s’étend au cours du Ier millénaire avant J.-C., au rythme de la propagation du nouveau système d’écriture. La production devient une véritable industrie à l’époque gréco-romaine et une source de revenus importants pour les Ptolémées qui en font un monopole royal (IIIe siècle avant J.-C.). Quelques pays méditerranéens tentent d’acclimater la plante, ainsi la trouve-t-on encore aujourd’hui à l’état sauvage en Sicile.
 


Evangile de Jean en copte (fragment)
Egypte VIe siècle

Le papyrus nous a transmis un héritage gigantesque sur la civilisation égyptienne, malheureusement, ce matériau très bien conservé par les sables de la vallée du Nil n’a pas résisté aux climats humides, aux intempéries et aux catastrophes (quarante mille rouleaux détruits dans l’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie) : il ne reste que des fragments de rouleaux de papyrus grecs et romains.

La structure de la feuille de papyrus imposait la forme du rouleau, qui elle imposait la posture du scribe et le sens d'écriture. Le codex lui sera fatal : la pliure en cahiers abîme les fibres et fragilise le support.

À partir du IIe siècle, le codex de parchemin remplacera peu à peu le rouleau de papyrus.