Le papier permanent
par
Astrid Brandt
 
  La première norme internationale pour le papier permanent (ISO 9706), publiée par l’International Organization for Standardization (organisation internationale de normalisation, désignée par l’abréviation ISO) en mars 1994, fixe " les prescriptions pour qu’un papier destiné à l’établissement de documents soit permanent ", c’est-à-dire qu’il reste chimiquement et physiquement stable pendant une longue période. Cette norme internationale est l’équivalent de la norme américaine ANSI Z39.48 de 1992 : " Permanence of paper for printed library materials ".

Pour qu’un papier puisse être déclaré conforme à la norme ISO 9706 (ou ANSI Z39.48), il doit répondre aux critères suivants :

- le pH de l’extrait aqueux de la pâte à papier doit être compris entre 7,5 et 10 ;

- l’indice Kappa de la pâte à papier, qui indique la résistance à l’oxydation (liée à la présence de lignine), doit être inférieur à 5 ;

- la réserve alcaline doit être supérieure ou égale à 2 % d’équivalent de carbonate de calcium ;

- la résistance à la déchirure doit être supérieure à 350 mN pour un papier dont le grammage est supérieur à 70 g/m2.

Le symbole attaché à cette norme est le signe mathématique de l’infini dans un cercle surmontant la mention " ISO 9706 ".

Le papier permanent peut être fabriqué soit à partir de chiffons, soit à partir de pâte chimique de bois en milieu neutre ou alcalin ; le bois peut donc être utilisé à condition d’en éliminer tous les constituants non cellulosiques, et en particulier la lignine.