Supports neutres à usages juridiques ou commerciaux


 

Etalon fatimide, Egypte,
pâte de verre, XIIe s.
Que la monnaie soit frappée dans un métal précieux (or ou argent) ou dans une matière vile (bambou, papier, tissu, caoutchouc), qu’elle prenne la valeur du métal, comme ce fut le cas longtemps en Occident, ou une valeur fiduciaire convenue, c’est l’inscription gravée qui garantit cette valeur à l’utilisateur.
 
Billet en tissu, Chine, 1934

 
  Métaux précieux
 
  Dès les origines de la monnaie en Occident, le type monétaire (c'est à dire le motif iconographique figuré sur la monnaie), d'abord seul, puis renforcé par une légende, garantit la valeur intrinsèque du métal frappé.
 
     

 

bronze, Numidie

 

plomb, Numidie

 
     

 

 

or, étalon romain

 

argent, étalon romain

 
 
  Dans le cas des supports précieux, la valeur des monnaies peut aussi reposer sur celle de la matière dont elles sont constitutées : elles portent alors des inscriptions permettant d'assurer à l'utilisateur la réalité de cette valeur, soit une marque de l'émetteur qui garantit son produit, soit une indication précise de qualité.
Lat d'argent, 10 cm
Laos, XVIIe s.
 

Lingot d'argent, 6 cm
Chine vers 1900
 
Feuille d'or, 7x5 cm,
Saîgon, 1943

 
  De la même manière, les jetons des maisons de jeux portent une indication qui garantit une valeur d’échange.
 
jeton en porcelaine
Thaîlande, fin XIXe s.

 
  L'écrit prévaut sur le support
 
  De façon générale, dans les usages commerciaux ou juridiques, le support importe peu : l’écrit prévaut, validant ou certifiant. Ainsi le sceau, équivalent de la signature, rend applicable tout acte émis par son possesseur, que sa matrice soit de lapis-lazuli ou de terre cuite. Cette neutralité du support peut-elle aller jusqu'à la dématérialisation totale. La question se pose pour la monnaie comme pour le droit.
 
Matrice et empreinte de sceau écclésiastique
France, XVe s.

 


Monnaie sur bambou
Chine, 1920-1930

A certains moments de l’histoire il arrive que les formes traditionnelles de la monnaie fassent défaut en raison de circonstances politiques ou sociales particulières, et que soient alors mises en circuit des monnaies de substitution de nature totalement fiduciaire en matières viles dont la valeur n’est plus garantie que par la seule inscription.

Ainsi, à la fin du XIXè et au début du XXè siècle, les communautés chinoises de la province de Jiangsu ont utilisé des plaquettes de bambou : supports dénués de valeur dont la garantie était constituée par le nom de la firme émettrice figurant au droit.

 


Monnaie en caoutchouc
Chine, 1944

De même, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l’Etat du Mandchoukouo, incapable d’émettre de la monnaie métallique, a frappé de la monnaie dans du caoutchouc fourni par les Japonais.
  


Piste pédagogique :

• En Afrique du Sud les autorités ont choisi, pour diffuser la connaissance du nouveau droit, le théâtre : des règles de droit simples sont mises en scène, mimées et jouées. Inventorier les différents supports de diffusion du droit en Europe : affichage dans les jardins publics, voix du garde-champêtre, règlements d’ateliers, etc.

• Les enjeux du support
Les supports du droit conditionnent la lisibilité de la loi, ils déterminent la connaissance de la loi et la soumission à la règle.
A ce titre l’analyse historique des supports de diffusion du droit permet de mesurer l’évolution du concept démocratique.
Repérer dans les sociétés occidentales depuis la Grèce ancienne la systématisation de l’affichage de droit et le recul de « secret » jusqu’à peut-être la transparence ?