patience...
 

 
Le voyage de saint Brandan

Guillaume le Clerc de Normandie, Bestiaire divin. Angleterre, 3e quart du XIIIe siècle. Parchemin (22,5 x 15,5 cm)
Paris, BNF, Manuscrits (Fr. 14969 f 42 v)

D'origine irlandaise, le texte du Voyage de saint Brandan a été qualifié d'Énéide christianisée. Mêlant des éléments d'origines très diverses, païennes ou chrétiennes, celtes ou classiques, le récit n'est qu'une suite ininterrompue de scènes fantastiques. Le cadre en est le voyage en barque de l'abbé irlandais Brandan avec ses quatorze moines, dont la pérégrination, d'une durée de sept ans, les mène de l'enfer, où ils croisent Judas, jusqu'au paradis. Cet épisode narre le repas des compagnons du saint sur le dos d'une baleine qu'ils avaient prise pour une île. La moralité de l'histoire est évidente pour Guillaume le Clerc : le poisson monstrueux symbolise le diable et ses tromperies.