patience...
 

 
Présentation au roi sassanide Chosroès du jeu d'échec importé récemment d'Inde

Shâh-nâma, Le Livre des rois. Epopée contant l'histoire de l'Iran des origines à l'Islam, par Abû al-Qâsim Firdawsî de Tûs (mort vers 1020). Manuscrit sur papier orné de 54 peintures dans le style des écoles safavides de Qazvin et Shirâz, copié en 1604 par Muhammad Djân Kirmânî (s.l., 470 feuillets).
Paris, BNF, Manuscrits (suppl. persan 490 f° 378 v°)

"Deux envoyés du Roi de l'Inde présentent à Chosroès Anushirvân, souverain sassanide qui régna de 531 à 579 sur l'Iran, un jeu d'échecs qu'ils viennent de confectionner pour lui". C'est l'épisode légendaire expliquant l'introduction des échecs, jeu indien, en Iran. Le poète, Firdawsî, décrit alors ce jeu d'ébène "aux cent cases" où deux armées "de teck et d'ivoire" s'affrontent. Il consacre plusieurs distiques à l'évocation de la marche des différentes pièces ; dans chaque camp, un roi et son conseiller, entourés de deux éléphants, de deux dromadaires, de deux chevaux et de deux chars (le mot persan est rukh), ont devant eux une ligne de fantassins.