patience...
 

 
Comment les anciens représentaient Fortune

Evrart de Conty, Le Livre des échecs amoureux. Peint par le Maître d'Antoine Rollin.Flandres, XVe siècle. Manuscrit sur parchemin.
BNF, Manuscrits (Fr. 9197 fol. 7)

Fortune donc est la dame des biens temporels ; cela est vrai quant à leur administration et non quant à leur conservation, car c'est Junon, appellée déesse des richesses par les anciens poètes, qui les garde par devers elle et en est la principale maîtresse. Mais Fortune, sous ses ordres, les répartit et les distribue à tous, et les enlève aussi quand elle veut, même si c'est sans raison ni mesure. Voilà pourquoi on dit, en parlant de richesses, que Junon en est la trésorière et Fortune la dispensatrice.