Les pièces

 

Les pièces constituent les "échecs" à proprement parler, bien qu'aujourd'hui, évoquer les échecs, c'est considérer les pièces et la table. Contrairement à l'échiquier qui peut être improvisé d'un simple quadrillage, les pièces supposent un travail précis et fin pour les différencier sans difficulté.

  Souvent sculptées dans l'ivoire, les pièces médiévales sont lourdes et massives, constituant parfois de véritables chefs-d'œuvre, comme celles dites de Charlemagne. Bois variés et argent sont aussi très employés. À côté sont encore utilisés le cristal, l'ébène, l'ambre ou le jaspe. Avec ces matières premières, les couleurs ne sont pas forcément le noir et le blanc : le rouge, le jaune et le vert sont largement représentés.

Les modifications de vocabulaire sont plus vite accomplies que celles des pièces réelles. Cent cinquante ans seront toutefois nécessaires pour que la dénomination appelée à devenir classique supplante, au prix de quelques transformations, les dénominations orientales. La métamorphose est presque achevée au début du XIIIe siècle.