fermer
l'aventure des écritures

Supports et postures de l'écriture touarègue

par Mohamed Aghali-Zakara et Jeannine Drouin

Posture habituelle pour une écriture brève sur le sol
Le sens de l'écriture est traditionnellement vertical, de bas en haut, mais il peut être également horizontal de gauche à droite et de droite à gauche, en boustrophédon et quelquefois en spirale. Les techniques varient sensiblement en fonction du support et des matériaux du graphisme. Les supports fixes sont le sol, les arbres et les rochers ; les supports mobiles sont les objets en bois et en métal, le papier, le tissu, le cuir...
 
L'écriture digitale sur le sol est une technique idéale pour l'apprentissage et la communication collective : les doigts constituent un instrument docile et direct pour le graphiste et établissent le meilleur rapport avec le support. L'écriture implique tout ou partie du corps selon le support utilisé : si le graphiste écrit sur le sol, il adopte plusieurs postures, assis ou à demi-couché, appuyé sur l'avant-bras gauche. Quand il est assis, le bras droit est totalement impliqué et joue le rôle de balancier, orientant la "main graphique". La technique est alors différente dans le tracé des caractères : plusieurs doigts peuvent agir simultanément en un seul jeté, là où un instrument tenu devra décomposer le caractère et l'exécuter en plusieurs fois.

Par exemple, pour la lettre /l/, deux doigts tracent ensemble les deux barres parallèles ; pour la lettre /k/, composée de trois points en triangle, trois doigts piquent le sol simultanément. L'écriture traditionnelle sur le sol est généralement verticale, c'est-à-dire constituée de colonnes de signes que le graphiste commence près de lui et poursuit droit devant lui.
Quatre postures d'écriture sur le sol
sommaire
haut de page