fermer
l'aventure des écritures

Les origines de l'écriture arabe

L'écriture arabe est la dernière-née des écritures sémitiques occidentales, qui dérivent toutes de l'alphabet inventé par les Phéniciens deux mille ans avant notre ère. Elle n'apparaît, en effet, qu'au VIe siècle dans une dédicace trilingue (grec-syriaque-arabe) datée de 512 et trouvée à Zabad, dans la région d'Alep. Sur les origines de cette écriture, les opinions des savants divergent.
 
Les historiens arabes rapportent une tradition selon laquelle elle aurait été "inventée", à partir de l'écriture syriaque, par des membres de la tribu des Tayyi', aux environs d'al-Anbar, dans le sud de l'Irak ; de là elle serait passée à al-Hira, puis à La Mecque à la fin du VIe siècle.
 
Les savants européens ont d'abord admis que l'écriture arabe avait pour origine une forme de l'écriture syriaque appelée estranghélo. Mais au début de ce siècle, après la découverte de l'inscription arabe d'al-Némara, écrite en caractères nabatéens et datée de 328, ces savants ont abandonné l'hypothèse d'une origine syriaque pour adopter celle de l'origine nabatéenne.
 
Actuellement, à la suite du sémitisant Jean Starcky, certains spécialistes, pour des raisons d'ordre graphique (forme des caractères non pas dressés mais couchés sur la ligne) et d'ordre historique (hiatus de deux siècles entre les deux inscriptions), estiment que l'écriture arabe dérive, non pas de l'écriture nabatéenne, mais de l'écriture syriaque.
sommaire
haut de page