fermer
l'aventure des écritures

Les styles d'écriture égyptienne

par Anne Zali et Marc Etienne

À la suite de l'écriture hiéroglyphique à caractère monumental, le plus souvent gravée en creux ou en relief sur des matières dures, les Égyptiens ont développé deux styles d'écritures cursives mieux adaptées aux matières plus fragiles : 
 

L'écriture hiératique

L'écriture hiératique aux signes simplifiés permet une reproduction rapide. C'est l'écriture de l'administration et des transactions commerciales, mais elle sert aussi à noter les textes littéraires, scientifiques et religieux. Sur papyrus ou sur ostraca , elle est tracée à l'encre noire (ou rouge, pour souligner un passage, le début d'un texte ou un total numérique) avec un pinceau fait d'une tige de papyrus.



L'écriture démotique

L'écriture démotique devient, à partir du VIIe siècle av. J.-C., l'écriture officielle. C'est la seule écriture égyptienne à connaître une large utilisation dans la vie quotidienne ("démotique", du grec demotika, "écriture populaire"). Très cursive, riche en ligatures et abréviations, elle a perdu tout aspect figuratif.
Dans aucun de ces styles n'existent de capitales, de ponctuation, de coupure entre les mots.

sommaire
haut de page