fermer
l'aventure des écritures

Thot, "scribe parfait aux mains pures"

par Anne Zali et Marc Etienne

Tantôt représenté sous la forme d'un homme à tête d'ibis, tantôt sous celle d'un ibis ou d'un babouin, Thot, adoré en Égypte comme le dieu de l'écriture, est à la fois le "maître des paroles divines" et "le scribe des dieux". Son sanctuaire principal est situé en Moyenne Égypte en un lieu que les Grecs ont appelé Hermopolis en assimilant Thot à leur dieu Hermès Trismégiste, Hermès "trois fois très grand".
 
Un récit mythologique, le livre de Vache du ciel, raconte que, lassé de la compagnie humaine, Rê avait quitté l'Égypte et nommé Thot dieu de la sagesse comme administrateur. Son intronisation est rapportée ainsi : La majesté de ce dieu [Rê] dit : "Conduisez Thot devant moi". On le lui emmena aussitôt et la majesté de ce dieu dit à Thot : "Je suis à ma place dans le ciel ; je veux faire en sorte que ma lumière brille dans l'autre monde et dans l'île de Baba. Et toi, tu seras mon scribe ici, tu rétabliras l'ordre parmi les hommes. Tu seras à ma place, tu seras mon substitut. Ainsi tu seras appelé Thot, le substitut de Rê."
 
Mais Thot, dieu de l'écriture, est devenu tout à la fois le dieu des magiciens, à qui l'on doit des grimoires contenant des formules de guérison, le dieu du temps qui "sépare les mois, les saisons, les années", celui qui préside à l'astronomie, au calendrier, ou encore, selon Platon (Phèdre, 274c), l'inventeur des dés. Il règne sur tout ce qui relève d'une activité intellectuelle.
 
Évoqué dans le Livre des morts comme "scribe parfait aux mains pures", il est le savant par excellence : "Je suis Thot, celui qui annonce la venue du jour, celui qui voit l'avenir sans erreur, qui commande dans le ciel, sur la terre et dans l'au-delà, qui a donné la vie à l'homme. Je donne le souffle à celui qui demeure dans le monde caché grâce aux paroles magiques qui sortent de ma bouche, afin qu'Osiris triomphe de ses adversaires."

sommaire
haut de page