fermer
l'aventure des écritures

L'écriture japonaise

Les Japonais ont d'abord utilisé les caractères chinois en les associant aux mots japonais. Certains caractères chinois ont été utilisés de manière purement phonétique et ont été peu à peu tronqués, déformés : ce sont les katakana.
Parallèlement, un autre système syllabique s'est développé à partir de caractères chinois tracés de façon extrêmement cursive, les hiragana.
Ces deux syllabaires, associés à quelques milliers de caractères chinois, constituent l'écriture japonaise. Le premier est indispensable pour noter les éléments grammaticaux ainsi que pour indiquer la prononciation japonaise des caractères chinois ; l'autre sert à la transcription des mots d'origine étrangère.
Les caractères chinois, dont les Japonais, grâce à leurs syllabaires, pourraient se passer, ont pourtant été conservés jusqu'à nos jours, car ils permettent d'éviter les écueils des nombreuses homophonies de la langue.
Dans l'histoire de l'écriture japonaise, l'évolution des signes est liée à l'histoire de la société. L'aventure se poursuit, notamment à travers l'adaptation des signes à l'informatique.