fermer
l'aventure des écritures

Les Araméens, propagateurs de l'alphabet phénicien

par Françoise Briquel-Chatonnet
 
Les Araméens, peuple nomade qui s'est sédentarisé autour de Damas et d'Alep au début du Ier millénaire av. J.-C., ont joué un rôle déterminant dans l'expansion de l'écriture alphabétique chez les peuples sémites et au-delà. L'alphabet araméen dérive du phénicien, que les scribes du royaume de Damas ont adapté, au IXe siècle avant notre ère, à leur langue sémitique proche du cananéen.
 

Les rois assyriens, vers le VIIIe siècle avant notre ère, ont adopté l'écriture araméenne, qui se trace facilement sur papyrus, en continuant d'utiliser l'écriture cunéiforme sur tablettes. L'araméen s'est répandu aux dépens du cananéen et de l'akkadien, et est devenu, après la prise de Babylone par Cyrus (539 av. J.-C.), la langue internationale de l'Empire perse achéménide - peut-être en vertu de l'omniprésence des Araméens dans l'administration. L'araméen s'est imposé, de l'Égypte à l'Indus, comme le langage véhiculaire d'un ensemble de communautés très diverses et s'est différencié en dialectes. Des écritures locales sont nées : ainsi l'hébreu carré, utilisé dans la Bible (dont la partie la plus ancienne est en araméen) ; le palmyrénien, à Palmyre (dans le désert de Syrie) ; le nabatéen, à Pétra (au nord de la mer Rouge) ; le syriaque, etc.
 
Le rayonnement de l'écriture araméenne s'est étendu, vers l'Est, à des langues non sémitiques - elle a été employée en Iran à l'époque du royaume parthe (IIIe siècle av.-IIIsiècle apr. J.-C.) - et a débordé jusqu'en Asie. Vers le nord, en Asie centrale et septentrionale, elle a été empruntée par des populations de langues indo-européennes ou altaïques, à la suite de mouvements religieux et d'échanges commerciaux : ainsi, le sogdien à Boukhara et Samarkand, en Ouzbékistan actuel, que les Ouïgours ont adopté avec quelques modifications et utilisé à partir du VIIIe siècle. L'écriture ouïgoure est d'usage officiel à l'époque de l'Empire turco-mongol de Gengis Khan (XIIIe siècle) et est employée aussi par les Mongols, avant que ceux-ci ne s'en inspirent pour en tirer leurs propres caractères.
sommaire
haut de page