fermer
l'aventure des écritures

L'organisation de la page

A partir du XVIe siècle, le texte, qui était resté pendant plusieurs siècles enchâssé dans une lourde gangue de commentaires, commence à s’émanciper du poids de la référence aux autorités, la page s’ouvre au texte, elle s’aère en alinéas et paragraphes, elle s’appuie sur les blancs pour dégager ses articulations intellectuelles.
Le texte, ayant gagné son autonomie, se met à respirer, le souci pédagogique de sa lisibilité se fait prépondérant.
 
À chaque étape de son histoire, les formes de la page imprimée présentent le reflet de l’évolution des techniques d’édition. Mais ne traduisent-elles pas également la représentation que se fait l’éditeur de ses futurs lecteurs ?
 
A sa manière la page de brouillon est aussi un espace d'organisation où l'auteur structure sa pensée dans les limites réduites de la page.