fermer
l'aventure des écritures

L'écriture et les langues

par Annie Berthier

Après avoir ignoré l'écriture, les Hellènes descendus du Nord pour s'établir dès le IImillénaire av. J.-C. dans l'actuelle région des Balkans, ont emprunté dans un premier temps un système d'écriture syllabique d'origine crétoise dit linéaire B, peu pratique pour transcrire leur langue.
 
Ils ont ensuite découvert l'écriture des marchands phéniciens, qu'ils ont adoptée et adaptée pour pouvoir transcrire les nombreuses voyelles de la langue grecque, inconnues des langues sémitiques. Ainsi, la consonne aleph de l'alphabet sémitique est devenue la voyelle alpha.
 
De la même manière, les Vietnamiens ont adopté l'écriture chinoise et l'ont modifiée avant d'utiliser l'alphabet latin introduit par Alexandre de Rhodes.
 
Les conflits ou les diverses colonisations ont parfois imposé un système d'écriture à un peuple. En Amérique du Nord, certaines langues non écrites ont été consignées en alphabet latin par les missionnaires ; ces transcriptions plus ou moins phonétiques ont contribué à l'extinction de ces langues, à l'exception de la langue cree dont la transcription est restée assez fidèle à la structure linguistique.
 
Le passage d'une écriture à une autre peut s'effectuer sans violence lorsque des peuples comme les peuples turcs adoptent successivement les écritures qu'ils rencontrent au cours de leur longue migration. C'est ainsi que les langues turques ont été successivement notées avec les caractères chinois pour les textes prototurcs du IVe siècle, des signes runiformes vers les VIe-VIIIe siècles, grâce aussi à l'alphabet ouïgour issu du sogdien ou à l'écriture tibétaine, puis, lors de l'islamisation des IXe-Xe siècles, par les caractères arabes aménagés ; ils ont adopté enfin les caractères latins au début du siècle pour le turc de Turquie, tandis qu'un grand nombre de peuples turcs d'Asie centrale durent utiliser les caractères cyrilliques. Si l'écriture s'adapte au génie d'une langue, elle l'influence aussi. En permettant de cerner la pensée, elle la fait évoluer. Ce rapport complexe entre langue et écriture fait toute la difficulté de la traduction.
sommaire
haut de page