fermer
l'aventure des écritures

Le papier

Les aventures du papier, car c’est bien d’aventures qu’il s’agit, sont extraordinairement complexes et variées. On pourrait être tenté d’évoquer les cheminements des techniques du papier un peu comme on évoque les "routes de la soie", avec toutes les rêveries que véhiculent de lentes caravanes parties de Chine, où le papier existait au moins depuis le IIe siècle avant J.-C. ; pourtant, il n’est pas question ici de négoce, d’exportation de denrées, mais, de façon plus immatérielle, de savoir-faire et de techniques qui, depuis l’Asie, se répandent dans le monde arabe pour faire connaître le papier progressivement sur tout le pourtour de la Méditerranée, atteignant l’Espagne, puis l’Italie au cours du XIIe siècle.
Pour l’Europe occidentale, plus tardivement touchée par l’arrivée du papier, il est vraisemblable que l’imprimerie, née au milieu du XVe siècle, n’y aurait pas connu un si rapide et prodigieux essor sans ce support moins onéreux et plus souple que le parchemin. Longtemps encore le papier fut considéré comme un support fragile ou de basse qualité, que l’on utilisait parfois en le protégeant par des feuillets de parchemin. Mais pour le papier comme pour nombre d’inventions (la xylographie, l’impression par caractères mobiles, la poudre, la boussole, etc.), tout commence dans l’Empire du Milieu, la Chine lointaine.