fermer
l'aventure des écritures

Supports et textes

Argile en Mésopotamie, papyrus en Égypte, bambou en Chine... les premiers scribes empruntent à leur environnement immédiat le matériau le plus propice à recevoir leurs écrits et ce matériau influence en retour le geste, l’outil, la graphie : l’écriture cunéiforme naît de l’argile, les hiéroglyphes de la pierre deviennent abstraits sur le papyrus ; les minces et longues lames de bambou, premier support de l’écriture chinoise, entraînent probablement la disposition des signes en colonnes, de même que la forme de la feuille de palmier détermine le format oblong des livres du Sud-Est asiatique.
Le passage d’un matériau à l’autre s’opère lentement et différemment selon les civilisations : au début de notre ère, les Chinois utilisent déjà le papier alors que le parchemin commence à apparaître au Moyen-Orient et en Occident et que le papyrus est encore employé sur tout le pourtour méditerranéen.
La plupart du temps, l’évolution se produit sous le coup de contraintes économiques et pratiques : le parchemin, fabriqué presque partout, supplante le papyrus, qu’il faut importer d’Égypte ; le codex remplace le volumen, qui contient beaucoup moins de texte. Le support s’adapte ainsi progressivement à une diffusion de plus en plus large