l'aventure des écritures

écriture et parole

naissance de la lecture silencieuse

page précédente 56 page suivante
Longtemps, lire a consisté à prononcer des mots à voix haute. En Occident, la graphie manuscrite imposait le déchiffrement mot à mot et la lecture faisait autant appel à la mémoire qu'aux yeux. Les grands lecteurs capables de lecture silencieuse sont exceptionnels.
Au IVe siècle, le jeune Augustin s'étonne devant saint Ambroise : "Lorsqu'il lisait, ses yeux couraient sur la page du livre mais son esprit s'arrêtait pour en pénétrer l'intelligence, sa langue et sa voix se reposaient..."