l'aventure des écritures

l'égyptien

 

la puissance figurative

page précédente 38 page suivante
La plupart des signes ont des valeurs phonétiques résultant de l'association d'une, deux ou trois consonnes, l'écriture égyptienne ne notant pas les voyelles. En utilisant le principe du rébus, ils notent un son par l'image d'une chose qui se prononce approximativement
de la même manière. Par exemple, le signe de la "bouche", qui se prononce "er", sert à noter la consonne "r".