Stèle au nom d’Imenemhat
1re période intermédiaire, vers 2200-2000 av. J.-C..
Calcaire peint, H. 0,39 x l. 0,23 m
Musée du Louvre, Antiquités égyptiennes, C 302
© photo RMN/Gérard Blot
Les stèles présentent, dans la plupart des cas, une scène récurrente : celle du défunt assis devant une table d’offrande. Elle illustre l’effet concret produit par la formule rituelle qui y est gravée.

La stèle présentée ici montre un dénommé Imenemhat étendant la main vers une table garnie d’aliments et de boissons. Il est représenté selon les conventions du dessin égyptien : le visage de profil avec l’œil vu de face, tout comme le torse, et les jambes de profil. On retrouve ce personnage au registre inférieur, assis en compagnie de sa femme et précédé de sa sœur.

Tout comme les statues, les stèles assurent un support durable au nom, limitant ainsi les risques de tomber dans l’oubli. En outre, par la vertu effective de l’écriture, elles assurent au défunt le bienfait permanent des offrandes souhaitées dans les formules qui y sont gravées.
En plus de la formule funéraire destinée à obtenir des offrandes, la stèle d’Imenemhat comporte un appel aux vivants exhortant le passant à prononcer le nom du mort afin de continuer à faire vivre son souvenir et lui fournir une garantie supplémentaire pour sa survie éternelle.

 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu