Fragment mentionnant un chancelier
nommé Ouahibre-Ounnefer
Serapeum de Memphis, XXVIe dynastie (VIIe av. J.-C.).
Schiste vert, H. 9,7 x l. 13,5 cm
Musée du Louvre, Antiquités égyptiennes, AE/N520.
© Musée du Louvre/ Christian Décamps
Ce fragment de schiste, probablement découpé dans une statue, porte un texte hiéroglyphique gravé en trois colonnes. Il se lit de la droite vers la gauche, en allant à la rencontre des personnages animés, ici une chouette, un lièvre et une vipère à cornes.
L’inscription combine les trois types de signes possibles : signes-idées, signes-sons et déterminatifs. Elle se traduit par : « le chancelier » (préposé au sceau) OUAHIBRE-OUNNEFER. Comme beaucoup de noms propres égyptiens, celui-ci est fait d’une phrase : « le roi Ouahibre [mot à mot : stable est le cœur du dieu soleil] est un être parfait ». En général, on ne les traduit pas.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu