Premier poème des Louanges de la Sainte Croix
De laudibus sanctae crucis de Raban Maur
Fulda, IXe siècle.
Bibliothèque d’Amiens, manuscrit 223.
© photo Éditions Berg - Alain Courtiaud
Le Christ étend ses bras en forme de croix et ses noms expriment sa nature divine et humaine.
Des représentations de la croix occupent le centre de chaque poème, elles structurent l’ensemble du recueil comme un refrain évoquant non pas le signe de la Passion mais l’insigne de la royauté du Christ dont les bras étendus recouvrent le monde.

Raban Maur veut dans ce premier poème montrer l’univers entier assumé par le Christ et, comme Virgile plaçait Orphée au milieu de la coupe cosmique, il plante la Croix au centre de toutes choses.
Dans la Croix, près de la tête, on peut lire A M W, c’est-à-dire Alpha Milieu et Omega. Dans la couronne : Rex regum et Dominus dominorum, c’est-à-dire « Roi des rois et Seigneur des seigneurs ». Le rouge du vêtement du Christ renvoie à la majesté impériale en même temps qu’au sang du martyre.

 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu