Écriture minuscule caroline
Bible du comte Rorigo, gendre de Charlemagne
Copiée à l’abbaye de Saint-Martin de Tours, vers 835.
BnF, Manuscrits, latin 3, f° 183v°
© Bibliothèque nationale de France
Fait de civilisation soutenu par une volonté politique d’unification liée à la Renaissance carolingienne, telle est sans doute l’origine de la minuscule caroline. Une écriture unique et universelle qui s'est répandue à partir du deuxième quart du IXe siècle dans toute l’Europe occidentale.

Elle a atteint une perfection inégalée vers le milieu du IXe siècle, dans les magnifiques bibles produites par le scriptorium de l’abbaye de Saint-Martin de Tours.

C’est une écriture régulière et arrondie où chaque lettre est dessinée selon un ductus bien défini, qui respecte l’équilibre entre le corps de la lettre et ses hastes montantes et descendantes. Elle est caractérisée par une absence presque totale de ligatures (hormis et et st) et d’abréviations.

Utilisée jusqu’au XIIe siècle, elle a été ensuite remplacée par la gothique et la bâtarde ; elle a été redécouverte au XVe siècle par les humanistes italiens qui en admiraient l’harmonie et façonnèrent selon son modèle leur écriture humanistique.

 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu