Stèle de Mesha, roi de Moab
Dibân, époque Mesha, vers 830 av. J.-C..
Basalte noir, restaurations au plâtre, H. 1,24 x l. 0,71 m
Musée du Louvre, Antiquités orientales, AO 5066, AO 2142
© photo RMN/Droits réservés
Le texte de 34 lignes en écriture proche du phénicien ancien, en lignes lues de droite à gauche, comporte une particularité : les mots sont séparés par des points avec des barres de ponctuation en fin de phrases. Le dialecte est peu différent du phénicien de Byblos, et est très voisin de l'hébreu.

Il commémore la défaite infligée au royaume d'Israêl après la mort d'Achab, peu avant 842 av. J.-C. Mesha rapporte la construction d'un haut lieu de délivrance " pour son dieu Kemosh ", puis il relate comment il chassa les Israélites. Il massacra la population de la ville de Nebé où se trouvait un temple de Yahveh : " Je pris de là les vases sacrés de Yahveh et je les traînai devant Kemosh. "
Enfin, le texte commémore l'activité de Mesha dans la réorganisation des principales villes de son royaume. C'est une authentique page d'histoire que l'on peut confronter avec le Livre des rois.

Extrait de traduction : " Mon père a régné sur Moab trente ans et moi, j'ai régné après mon père. J'ai construit ce sanctuaire pour Kemosh... [sanctuaire] de salut car il m'a sauvé de tous les agresseurs et il m'a fait triompher de tous mes ennemis. Omri était roi d'Israêl et opprima Moab pendant de longs jours, car Kemosh était irrité contre son pays. Son fils lui succéda et lui aussi, il dit "j'opprimerai Moab". De mes jours il a parlé [ainsi], mais je triomphai de lui et de sa maison. Israêl a été ruiné à jamais..."

 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu