Contrat en akkadien
avec une épigraphe araméenne
Uruk (basse Mésopotamie), daté d'"Antiochos et Antiochos son fils, rois ", 50e année des Séleucides (281 av. J.-C.).
Argile et encre, H. 8,5 x l. 9,5 cm, ép. 3,3 cm
Musée du Louvre, Antiquités orientales, AO 8557
© Musée du Louvre/ Thierry Ollivier
Le texte, en babylonien, est un contrat de vente d'un bénéfice ecclésiastique. Même sous la domination des successeurs d'Alexandre le Grand, l'akkadien a continué d'être écrit à Babylone et à Uruk, mais la population était, depuis longtemps, en partie de langue araméenne et un résumé du contenu des contrats était souvent écrit en araméen linéaire, gravé ou à l'encre.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu