Explication des formes simples
et analyse des formes dérivées par Xu Shen
Jiguge (Chine), XVIIe siècle.
Impression xylographique, 6 fascicules reliés en 2 volumes, 32 x 19,5 cm
BnF, Manuscrits, chinois 4424-4425, chap. v, a.
© Bibliothèque nationale de France
À l'origine d'une abondante littérature, le dictionnaire étymologique de Xu Shen, rédigé vers 100 de notre ère, fut très souvent réédité. Ici est exposée une édition critique établie par le grand bibliophile-éditeur Mao Jin (1599-1659) d'après l'édition de référence de 986 due à Xu Xuan.

Classés selon les 540 " clés " bu, 10 515 caractères, dont 1 163 " doublets ", sont analysés : pour chaque " clé " écrite en style " petit sceau " sont données la définition puis l'étymologie graphique. Suivent les caractères dérivés issus de cette clé ; leurs définitions, étymologies et prononciations sont présentées en petits caractères sur colonnes doubles.
Sur la page de droite, la clé hu, "les rayures du tigre, image ". Suivent neuf dérivés et trois doublets. La plupart sont des complexes idéophonographiques tels yu, désignant un animal fabuleux, " tigre blanc à rayures noires et longue queue... " ; qian et wen , " la démarche du tigre " ; hu, " rugir ".
La clé suivante, sur la page de gauche, hu, le tigre, " le prince des animaux de la montagne ", est une " image " composée des rayures du tigre et des traces de pas. Sous cette clé entrent dix-sept caractères dérivés, dont deux doublets. Tous sont des composés idéophonographiques, à l'exception de biao, agrégat logique formé de hu " le tigre ", et " shan, de longs poils " pour désigner les rayures du pelage du tigre, ou l'aspect " tigré ". Redoublé, hu,yan, " la colère du tigre ", devient lui-même clé, générant trois caractères.

 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander