Corpus des graphies des scribes sous les Han
par Lou Ji
Jiguge (Chine), fac-similé de l'édition de 1197, XVIIe siècle.
Impression xylographique, 6 fascicules reliés en un volume au chiffre de Louis-Philippe, 32,5 x 21 cm
BnF, Manuscrits, chinois 4631, fasc. 3
© Bibliothèque nationale de France
La tradition rapporte que l'écriture li, ou écriture des scribes, fut inventée par un certain Cheng Miao sous le règne du Premier Empereur des Qin, à la fin du IIIe siècle avant notre ère. Il aurait mis au point cette écriture plus rapide à tracer pour répondre aux besoins de l'administration pénitentiaire débordée - lui-même, lettré, avait été condamné à la prison. L'empereur, convaincu de la qualité de son travail, l'aurait alors gracié.
Une rupture intervient entre l'écriture des sceaux et celle des scribes : c'est la forme première de l'écriture " moderne ", écrite au pinceau, alors que l'écriture zhuan était tracée à l'aide d'un calame trempé dans du vernis. Constitué sous la dynastie des Song du Sud (1127-1279), d'après les estampages de 309 stèles du Ier au IIIe siècle de notre ère, ce corpus donne l'état d'une écriture bien unifiée, même si certaines graphies présentent quelques archaïsmes.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander