Les Monts Jingting en automne
par Shitao
Province de l'Anhui (Chine), 1671.
Encre sur papier, 86 x 42 cm (268 x 63,5 cm avec montage)
Musée national des arts asiatiques-Guimet, MA 887
© photo RMN (musée Guimet, Paris) / Daniel Arnaudet
Descendant de la famille impériale déchue des Ming (1368-1644) et connu sous son nom de moine Daoji, ou son surnom officiel, Shitao (1642-1717), " Flots pétrifiés ", est une figure exemplaire de la longue lignée des peintres-lettrés. Cultivant avec éclectisme un large registre de création, peintre, il fut aussi bien poète, calligraphe, architecte-paysagiste que théoricien et philosophe, auteur d'un magistral traité d'esthétique picturale.
Ce remarquable paysage, fidèle en sa composition d'étagement de plans successifs à la tradition chinoise du rendu de la perspective, se construit autant par cernes fermes que par une infinité de touches et de valeurs d'encre. La grande manière de l'artiste est cette cohérence révélée d'une complexité quasi organique des montagnes, rendue comme dans une poussée orogénique, qui rivalise avec les arbres, les plantes et les eaux... et que contemple l'homme assis devant le pavillon.
De la même veine, du même pinceau victorieux, est la calligraphie autographe - au tracé puissant et aux proportions d'une stèle - qui relate les circonstances de la création, l'épreuve surmontée : " Sans énergie et accablé de tourments, j'ai presque désiré jeter mon pinceau et brûler ma pierre à encre, mais je n'ai pu y parvenir... "
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu