Codex Techialoyan 725
Mapa antiguo de los terrenos del pueblo
de San Simón Calpulalpan
Calpulalpan, San Simón (Mexique).
BnF, Manuscrits, mexicain 401
© Bibliothèque nationale de France
Les sociétés indigènes et européennes partageaient l'usage des preuves écrites devant les tribunaux. À la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe, on assiste au développement d'un groupe de codex, nommés Techialoyan, qui ont pour but de défendre les intérêts des Indiens devant les tribunaux de la Nouvelle-Espagne. Les juristes, avec leur goût pour la chose pérenne, ont donc assuré la survie de l'écriture nahuatl jusqu'au XVIIIe siècle et celle de sa lecture jusqu'à nos jours.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu