Bhagavatapurana
Écriture nagari
Texte du IXe-Xe siècle environ, manuscrit daté de 1793.
L. 17,90 m x l. 98 cm
BnF, Manuscrits, sanscrit 477
© Bibliothèque nationale de France
La deuxième image de ce rouleau représente Ganesa flanqué de deux servantes, chacune portant un chasse-mouche. Celle qui lui fait face tient aussi, dans sa main gauche, une feuille de manuscrit. Le dieu à tête d'éléphant paraît lire ce feuillet et, dans sa main droite supérieure, il tient, semble-t-il, le reste du manuscrit. Ganesa n'est pas que lecteur, il est aussi un scribe : il aurait copié le Mahabharata sous la dictée du sage Vyasa, selon cette épopée même.

L'expression " Hommage à Ganesa ! ", fréquente au début des manuscrits, souvent précédée de la syllabe " om ", comme dans le texte de ce document, est censée faciliter la copie du texte : Ganesa aplanit les obstacles.
Le scribe commence sa copie dans une conjonction astrologique favorable, comme tout Indien traditionnel s'engageant dans une nouvelle entreprise. Le titre du texte, mentionné à la fin du manuscrit ou après un colophon intermédiaire, est parfois suivi du nom du scribe et de la date d'achèvement de sa copie : c'est un nommé Laksmana Bhatta qui termina en 1793 la copie en écriture micrographique du présent document. Souvent, une formule ultime souhaite bonne fortune au scribe et au lecteur.
Dans le bouddhisme surtout, la copie d'un manuscrit est un exercice pieux qui apporte des mérites à qui l'effectue ou la finance.

 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander