Traité d'arithmétique
Byzance, 1350-1375.
H. 20,6 x l. 14,2 cm
BnF, Manuscrits, grec 2988, f° 88
© Bibliothèque nationale de France
Écriture « d’un seul trait », faite de boucles et de courbes enchevêtrées, écriture illisible, le monocondyle sert au scribe byzantin à inscrire sa signature et son invocation en fin de copie. Affectant un espace extrêmement limité, le plus souvent quelques mots seulement à la fin d'un document ou d'un livre, ce style d'écriture semble apparaître dans le domaine byzantin vers le Xe siècle de notre ère. Sans jamais se généraliser, il devient plus courant dans les siècles suivants au point d'apparaître comme une des caractéristiques les plus spectaculaires de l'écriture grecque médiévale.
Ce lien avec la civilisation grecque chrétienne lui vaut d'être employé jusqu'à nos jours dans les diplômes ecclésiastiques grecs. Il constitue ici un colophon un peu particulier, son extravagance décourage l’imitation…
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander