Conversation sous la tente
Tshimumumen ( Niger).
Cliché J. Drouin, 1989
L’utilisation la plus fréquente de l’écriture touarègue était celle qui avait lieu au cours de jeux et dans les soirées de divertissements. C’était à la fois un complément à l’apprentissage mais aussi sa justification puisqu’on apprenait surtout pour pouvoir participer aux activités de société. Actuellement, avec le développement de la communication épistolaire et de la création de textes dans la presse rurale, les tifinagh ont un usage relativement utilitaire.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu