Ledentu le Phare : poème dramatique en zaoum
d'Iliazd
Paris, Éditions du 41°, 1923.
BnF, Réserve des livres rares, Rés. p Z 2231.
© tous droits réservés
C'est en hommage à un peintre, son ami Ledentu le Phare accidentellement disparu, qu'Iliazd publie ce poème en zaoum, nouvelle langue " transmentale " où chaque son et chaque lettre sont importants. Langue poétique autonome débordant au-delà du discours fonctionnel, Ledentu le Phare est l’œuvre graphiquement la plus aboutie de la poésie zaoum. Pour composer ce poème à plusieurs voix, qui retrace un voyage aux Enfers, Iliazd a mis au point une véritable écriture typographique.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu