L’Assommoir d'Émile Zola
La rue de la Goutte-d’Or et les alentours
Plan dessiné par l’auteur
Dossier préparatoire, 217 f., 20 x 16 cm
BnF, Manuscrits, Nouv. acq. fr. 10271, f° 103
© Bibliothèque nationale de France
Après avoir écrit l’"Ébauche", où il se raconte à lui-même le roman en gestation, Zola part "en repérages" tel un réalisateur de films à la recherche de lieux de tournage.
Pour L’Assommoir, il choisit le quartier populaire de la Goutte-d’Or et s’y rend à plusieurs reprises depuis les Batignolles où il habite alors (et où il avait envisagé un moment de placer son action). Il prend des notes très précises sur les rues, les hôtels, les cabarets, les bals, les boutiques, les maisons d’habitation, décrit les attitudes et les vêtements des gens qu’il croise : "Beaucoup de femmes en cheveux, quelques-unes en bonnet, beaucoup en filets ; des caracos, des tabliers, des jupes molles, tombant droit. Une débandade d’enfants mal mouchés […]. Des ouvriers en blouse, en bourgeron, en paletot…" (f° 113).
Des trois croquis qu’il relève, l’un situe le quartier par rapport aux deux grands axes (boulevard extérieur et rue des Poissonniers – rue du Faubourg-Poissonnière), l’autre (présenté ici) délimite exactement l’espace où évoluent ses personnages, quadrilatère formé par le boulevard de la Chapelle, la rue des Poissonniers (actuel boulevard Barbès), la rue Polonceau et la rue de la Charbonnière ; le troisième croquis décrit la grande maison où Zola réunira tous les protagonistes du drame.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu