Tunique d'invulnérabilité
(doha mehr-o mohabat)
Cambodge, vers 1960 (achat à Téhéran, mission Térésa Battesti, 1967).
Toile de coton avec inscriptions magiques et dessins à l'encre, 77 x 66 cm
Musée de l'Homme, 67.111.123
En Asie, les amulettes, objets protecteurs par excellence, sont couvertes de formules sacrées, des mantras ou des yantras, dont l'origine est souvent plus brahmanique que bouddhique. Ces formules sont tracées en lettres palies, ou en alphabet khmer, appelé khôm en thaï, sur différents supports qui correspondent à autant de procédés magiques d'immunisation permettant aux vivants de réussir des exploits ou d'échapper à la mort.

Quelques personnes initiées, des hommes le plus souvent, qu'on appelle krou, connaissent les moyens de rendre les corps invulnérables. Grâce à leur science, des messages, sous forme de diagrammes et de caractères, sont tatoués sur le dos des mains et sur certains muscles, ou tracés sur des tissus dans lesquels on taille des vestes sans manches ou des écharpes.
Au Cambodge et au Viêtnam comme en Thaïlande, il semble que ces chemises magiques soient un substitut des tatouages corporels traditionnels. L'étoffe est en général du calicot blanc, textes, figures et diagrammes variant avec les individus.

La force de l'amulette provient de la combinaison de plusieurs éléments : le matériau choisi, les inscriptions et la cérémonie de sacralisation sont indissociablement liés ; c'est véritablement la cérémonie de remise du tissu magique qui confère au support sa vertu et libère la force du message inscrit.

Après avoir allumé bougies et encens, le responsable de la cérémonie verse quelques gouttes de parfum dans un pot de cuivre à demi rempli d'eau et le dépose face à lui. Assis sur une natte, il récite des prières en tenant le tissu. Puis il en revêt le suppliant et l'arrose de parfum à l'aide d'une feuille de bananier taillée et roulée en pinceau.

Ce rituel d'imposition du talisman purifie son bénéficiaire et lui assure l'invulnérabilité. Les chemises de protection étaient portées sous l'uniforme militaire pendant la guerre du Viêtnam. Objets magiques, portés à même le corps pour activer la force contenue dans les inscriptions sacrées, ces tuniques en coton sont la protection traditionnelle des guerriers.

 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu