Un potier

Chants royaux sur la conception, France (Paris), 1500
Paris, BnF, département des Manuscrits, Français 1537, fol. 100

Contrairement aux artisans du textile, ceux de l'argile sont, pour la plupart, mal payés : les pots de terre, qui servaient à la cuisine, au jardinage, mais aussi en médecine et en apothicairerie, ne valaient presque rien. Si, dans les campagnes, les artisans sont pauvres et n'en font qu'un métier d'appoint, il existait en ville des revendeurs en gros qui commercialisaient les céramiques, pots, tuiles et carreaux, et dont l'aisance était certaine. Dans ce métier, l'apprentissage pouvait commencer dès l'âge de dix ans.