Souliers vieulx
Le revendeur de souliers

Cris de Paris, vers 1500
BnF, Arsenal, Est. 264 Rés. pl. 20

Ainsi crie le fripier spécialisé dans la récupération des chaussures usées ou dont on ne voulait plus. En effet, les nobles fortunés changeaient souvent de souliers – plusieurs fois par semaine, dans la haute aristocratie – et ces chaussures jetées à peine portées faisaient le bonheur des gens moins riches. C’est ici une paire de galoches de cuir à semelles de bois que le marchand, un sac de toile sur le dos, agite, peut-être en les faisant claquer pour attirer l’attention des ménagères, dans les étages des maisons.