Le champ de blé
  
Ludolphe de Saxe, Vita Christi, atelier de Jean Colombes, région de Bourges, avant 1486
Paris, BnF, département des Manuscrits, Français 177, fol. 45


Dans cet ouvrage, Ludolphe de Saxe, dit aussi Ludolphe le Chartreux (1300-1378), religieux originaire de l'Allemagne septentrionale, relate les divers épisodes de la vie du Christ. Il les épure partiellement des ajouts apportés par les différentes traditions et tente de les ramener à la stricte filiation évangélique, en les enrichissant toutefois d'explications théologiques. Ce texte, qui a eu une large diffusion dans les cercles spirituels des XVe et XVIe siècles, consacre son deuxième chapitre à la Nativité et au Baptême du Christ. Pour la Fuite en Égypte, il ne fait pas allusion aux miracles qui l'auraient marquée et qui sont précisément choisis par l'enlumineur. En effet, dans leur désir de connaître la vie cachée de Jésus-Christ, en particulier son enfance, les artistes du XVe siècle s'inspirent largement des Évangiles apocryphes ou de légendes forgées aux premiers siècles du christianisme. La Fuite en Égypte, relatée très brièvement dans le Nouveau Testament, fut un des sujets sur lesquels s'exerça le plus volontiers l'imagination populaire.
Selon le "Miracle du moissonneur", la Sainte Famille, dans sa fuite, rencontre un paysan en train de semer. L'Enfant Jésus met la main dans le semoir et jette une poignée de blé dans le champ. Le blé lève miraculeusement. Lorsque des soldats d'Hérode interrogent le paysan, faucille en main, pour savoir s'il a vu une femme qui portait un enfant, il répond l'avoir croisée lorsqu'il ensemençait son champ. En entendant cette réponse, les poursuivants renoncent à rattraper les fugitifs qu'ils supposent déjà bien loin.