Petite bibliothèque blanche
Trésor des fèves et Fleur des pois ; Le Génie Bonhomme ; Histoire du chien de Brisquet
Charles Nodier (1780-1844), auteur ; Tony Johannot (1803-1852), illustrateur, Paris, Ed. Jules Hetzel, 1880.
In-16°, 123 p.
Ville de Paris / Fonds Heure joyeuse, 2013-418319
© Bibliothèque nationale de France
Après la mort de Charles Nodier, Jules Hetzel choisit trois de ses contes pour les publier dans une de ses collections pour enfants : il s'agit de Trésor des fèves et Fleur des pois, Le Génie Bonhomme et Histoire du chien de Brisquet.
« Un coup d'œil suffit pourtant à Trésor des Fèves pour remarquer que c'était un fort gros pois chiche, plus rond qu'orange, et plus jaune que citron, porté sur quatre petites roues d'or et muni d'un joli porte-manteau qui était fait d'une petite gousse de pois, verte et lustrée comme maroquin. Il se hâta de mettre la main sur le bouton, et la porte s'ouvrit. Fleur des Pois en jaillit comme une graine de balsamine et tomba leste et joyeuse sur ses talons. Trésor des Fèves se releva émerveillé, car il n'avait jamais rien imaginé de si beau que Fleur des Pois. C'était, en effet, le minois le plus accompli qu'un peintre puisse inventer : des yeux longs comme des amandes, violets comme des betteraves, aux regards pointus comme des alênes, et une bouche fine et moqueuse qui ne s'entr'ouvrait à demi que pour laisser voir des dents blanches comme albâtre et luisantes comme émail. Sa robe courte, un peu bouffante, panachée de flammes roses, comme les fleurs qui viennent aux pois, parvenait à peine à moitié de ses jambes faites au tour, chaussées d'un bas de soie blanc aussi tendu que si on y avoit employé le cabestan, et terminées par des pieds si mignons, qu'on ne pouvait les voir sans envier le bonheur du cordonnier qui les avait de sa main emprisonnés dans le satin.
− De quoi t'étonnes−tu ? dit Fleur des Pois. (Ce qui prouve, par parenthèses, que Trésor des Fèves n'avait pas l'air extrêmement spirituel dans ce moment-là.)
Trésor des fèves rougit ; mais il se remit bientôt.
− Je m'étonne, répondit-il modestement, qu'une aussi belle princesse, qui est à peu près de ma taille, ait pu tenir dans un pois chiche. » (Trésor des Fèves et Fleur des Pois)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu